Réforme des retraites : les caisses de professions libérales et celle des avocats vont réaliser leur propre étude d’impact

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les caisses de professions libérales et celle des avocats se réunissent pour faire réaliser leur propre étude d’impact, dont les résultats seront publiés en mars 2020.

Dans un communiqué diffusé aujourd'hui, les caisses de retraite de professionnels libéraux (médecins, vétérinaires, chirurgiens-dentistes et sages-femmes, pharmaciens, experts comptables et commissaires aux comptes, notaires), ainsi que celle des avocats, indiquent qu'elles poursuivent leur analyse du projet de loi portant réforme des retraites par la création d’un système universel de retraite en France, qui prévoit à terme la disparition de leur autonomie.

Selon elles, « les données présentées dans l’étude d’impact comme dans les éléments antérieurement transmis aux syndicats professionnels par le Haut-commissariat aux retraites présentent des différences significatives avec leurs propres estimations ». Par conséquent,  « les caisses ont décidé de demander des expertises à des actuaires indépendants » afin de « vérifier de façon objective, pour leurs ressortissants, que les hypothèses présentées par les instances gouvernementales, les modalités précises de calcul des cas-types, au regard notamment des régimes actuels auxquels cotisent les professionnels libéraux, sont exactes.»

Il s'agit d'établir un « état précis de l’évolution des cotisations, comme une évaluation des prestations futures et de leur rendement tant dans les régimes actuels que dans le futur régime » et d'en publier les résultats.

Par ailleurs, « les caisses sont également très inquiètes sur le devenir des réserves que les professions ont constituées pour gérer leurs équilibres et du maintien de leur affectation aux fonctions qui leur ont toujours été assignées.Elles demandent que ces réserves soient utilisées selon les hypothèses financières actuellement prévues, et non ponctionnées pour compenser l’insuffisance des flux financiers devant être assurés par le régime universel ».

Voir aussi :

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.