Langue de rédaction du testament olographe

Successions et libéralités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le testament doit être rédigé dans une langue que le testateur comprend pas. A défaut, l’acte ne peut être considéré comme l’expression de sa volonté et il doit être annulé.

M. T., de nationalité allemande, est décédé en France, où il résidait, après son divorce d’avec Mme K., laissant pour lui succéder ses enfants (les consorts R.), en l’état d’un testament olographe daté du 25 mars 2002 instituant sa soeur, Mme H., légataire universelle.Celle-ci a assigné les consorts R. en délivrance du legs et en ouverture des opérations de comptes, liquidation et partage du régime matrimonial des ex-époux et de la succession. La cour d’appel de Chambéry a déclaré valable le testament olographe du 25 mars 2002.Elle a constaté que cet acte rédigé en français, selon lequel M. T. (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Débats du Cercle 2021 : interview de Laure Lavorel, présidente du Cercle Montesquieu

Débats du Cercle 2021 : interview de Beatrice Bihr, Secrétaire Général, Groupe Servier